Agence d’e-réputation

Cinq ans après la chute de Lehmann Brothers, la lecture de cet ouvrage, qui propose aussi des solutions de gestion du monde actuel, demeure urgente.Supposons un homme isolé et réduit à vivre de chasse.D’une part, en effet, nous attribuons au mouvement la divisibilité même de l’espace qu’il parcourt, oubliant qu’on peut bien diviser une chose, mais non pas un acte ; — et d’autre part nous nous habituons à projeter cet acte lui-même dans l’espace, à l’appliquer le long de la ligne que le mobile parcourt, à le solidifier, en un mot : comme si cette localisation d’un progrès dans l’espace ne revenait pas à affirmer que, même en dehors de la conscience, le passé coexiste avec le présent !Ainsi, nous proposons la création d’un fonds souverain global, le Sustainable World Fund (SWF), axé sur les biens publics mondiaux.Par son influence sur le travail, sur le concours des agents naturels, sur les facultés de l’homme et sur les capitaux.La fragmentation des chaînes de valeur conduit ainsi à empiler des facturations, ce qui conduit à gonfler artificiellement la réalité des échanges internationaux.Mais nous avons le droit de procéder comme le biologiste, qui parle d’une intention de la nature toutes les fois qu’il assigne une fonction à un organe : il exprime simplement ainsi l’adéquation de l’organe à la fonction.Sur la question des inégalités, il semblerait que le gouvernement actuel cherche à repousser les limites de l’hypocrisie.Enfin et surtout, de larges franges de la population demeurent toujours non associés à l’effort du développement et exclus des fruits de ce dernier.La durée prend ainsi la forme illusoire d’un milieu homogène, et le trait d’union entre ces deux termes, espace et durée, est la simultanéité, qu’on pourrait définir l’intersection du temps avec l’espace.Les pays qui ont le plus recours aux écotaxes sont les Pays-Bas (où elles comptent pour 20% des prélèvements fiscaux) ; la Suède (avec une taxe à taux élevé sur le dioxyde de soufre, souvent citée en exemple de la bonne écotaxe) ; l’Allemagne (avec une lourde contribution sur l’électricité, au profit d’une spectaculaire promotion des énergies renouvelables)…C’est un accord de principe en ce sens que Agence d’e-réputation semble avoir reçu, ce lundi.En cas de défaut total ou partiel de la Grèce sur les prêts bilatéraux du premier programme, la partie non remboursée des 11,389 milliards, serait une augmentation définitive de la dette publique nette française.Une nuit, — quelque ange ou quelque séraphin m’avait-il pris sur son aile pour m’emporter au paradis de l’évangile, auprès du « créateur » ?

Share This: